Maroilles : Defroidmont se met au coréen pour mettre un pied en Asie

Maroilles : Defroidmont se met au coréen pour mettre un pied en Asie

C’est un gros poisson de la distribution qui était en visite chez Defroidmont, vendredi matin à Maroilles. Le fabricant de flamiches au maroilles recevait deux acheteurs de la chaine d’hypermarchés coréens E-Mart. Leur visite pourrait déboucher sur l’exportation des produits du pâtissier en Asie.

Shin Won-Mo et Jayden Jongtan Lee sont matinaux. Les deux acheteurs, d’E-Mart, le numéro un de la grande distribution coréenne (lire ci-dessus) sont arrivés sur le site de l’usine Defroidmont à 8 heures tapantes. Au programme : visite des ateliers de production, dégustations des produits et premières discussions sur les possibilités d’exporter quelques conteneurs en Corée du Sud. « Avec les investissements que nous avons faits sur le site en 2009, notre outil de production est l’équivalent d’une Ferrari. Notre problème, c’est que nous l’utilisons comme une Golf » explique Patrick Defroidmont, le dirigeant de la société. « Pour nous exporter serait une bonne façon de ne plus être aussi dépendant du marché français, notre principal débouché ». Pour l’instant, Defroidmont envoie ses tartes et flamiches aux Pays-Bas. Depuis septembre, un salarié a été recruté pour trouver des clients hors de France. « Mardi dernier, nous recevions des clients anglais » témoigne Patrick Defroidmont.

L’effet Nord joue à plein. Vendredi, les deux Coréens ont immédiatement dégainé leurs iPhone quand ils ont découvert un maroilles sur la table de dégustation de Defroidmont. Même engouement face à la bière de l’Abbaye de Maroilles. Avant un salon de la gastronomie à Paris, les acheteurs d’E-Mart ont prévu de visiter le meilleur des fromages des Pays de la Loire, de Bretagne, du Nord et de Bourgogne, 23 entreprises en tout. « Il n’y a que six fromages français d’appellation d’origine contrôlée en Corée » détaille Shin Won-Mo, acheteur en charge des produits laitiers. « Pour nous, c’est un vrai challenge d’en importer des nouveaux ». Après ce premier contact avec les trésors de la Thiérache, les Coréens sont repartis avec le sourire, les bras chargés de cadeaux. Patrick Defroidmont espère bien les revoirs très vite.